anse


anse

anse [ ɑ̃s ] n. f.
XIIIe; lat. ansa « poignée »
1Partie recourbée et saillante de certains ustensiles, permettant de les saisir, de les porter. anneau, poignée. Anse d'une cruche, d'un panier, d'une tasse. Les deux anses de l'amphore. Loc. Faire danser l'anse du panier, se disait d'un domestique qui majorait le prix des achats faits pour ses patrons.
2(1484; par anal. de forme) Petite baie peu profonde. calanque, 1. crique.
3(1561) Archit. Anse (de panier) : arc dont la courbe surbaissée a la forme d'une demi-ellipse. Math. Courbe formée d'un nombre impair d'arcs de cercles.
4(1805) Anat. Portion d'organe en forme d'arc. Anse intestinale.
⊗ HOM. Hanse.

anse nom féminin (latin ansa) Partie recourbée en arc, en anneau, etc., par laquelle on prend certains récipients. Petite baie peu profonde. Nom donné à toute portion d'organe qui décrit un arc (anse intestinale, anse artérielle). ● anse (citations) nom féminin (latin ansa) Épictète Hiérapolis, Phrygie, vers 50-Nicopolis, Épire, vers 130 après J.-C. Toute chose a deux anses : l'une par où on peut la porter, l'autre par où on ne le peut pas. Manuel, XLIII (traduction M. Meunier) anse (expressions) nom féminin (latin ansa) Anse d'anastomose, évagination cellulaire propre aux champignons basidiomycètes, et qui permet à la structure dicaryotique de se transmettre à toutes les cellules du mycélium secondaire. Anse de panier, type d'arc ou de voûte surbaissés présentant un profil courbe à plusieurs centres (3 ou 5 le plus souvent). [Renaissance française.] Faire danser, sauter, l'anse du panier, majorer indûment le prix des achats faits pour quelqu'un. ● anse (homonymes) nom féminin (latin ansa) hanse nom féminin

anse
n. f.
d1./d Partie saillante et souvent recourbée par laquelle on saisit certains objets. L'anse d'un panier, d'une tasse.
|| Partie en forme d'arc.
d2./d GEOGR Petite baie.
d3./d ANAT Courbure que décrit un vaisseau, un rameau nerveux, un organe. Anse vasculaire.

⇒ANSE, subst. fém.
A.— Partie saillante recourbée en forme d'arc ou se présentant en anneau, fixée sur un ustensile pour le saisir plus commodément et le porter. Anse d'une cruche, d'un panier, coupe à deux anses :
1. Parmi les morceaux les plus précieux, on remarquait encore une énorme cafetière de vermeil en forme d'urne, dont les anses s'attachaient à des mascarons figurant des masques antiques, et deux corbeilles en argent où des thyrses, des caducées, des flèches et de petites branches de bouleau s'enlaçaient d'une façon très-ingénieuse.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 3, 1813, p. 210.
2. Et dans une autre pièce, il aperçut, en tas, des cheminées à la prussienne, des seaux de coke rouillés, des gerbes de pincettes et de pelles, des amas de tuyaux de poêle, des coudes de tôle, des chaises percées pour les malades, des cuvettes et des pots, fêlés, égueulés, privés d'anses.
HUYSMANS, L'Oblat, t. 2, 1903, p. 205.
SYNT. Tasse sans anses; prendre un seau, un pot par l'anse.
P. compar. [En parlant de parties du corps ou d'attitudes physiques] :
3. J'ai passé mon temps à inspecter les attitudes. Jeunes gens de la diplomatie, dont le genre est de marcher sur la pointe du pied, les épaules relevées, le dos bossu, les bras en anse et riant à chaque phrase qu'ils disent ou entendent, la tête penchée.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1860, p. 682.
Fam. Faire le pot/le panier à deux anses. Mettre les mains sur les hanches; donner le bras à deux femmes :
4. Puis, comme Goujet s'offrait, elle voulut aller avec lui; Virginie, inquiète de son mari, les accompagna. Tous les trois, en cheveux, barraient le trottoir. Le forgeron, qui avait sa redingote, tenait Gervaise à son bras gauche et Virginie à son bras droit : il faisait le panier à deux anses, disait-il; et le mot leur parut si drôle, qu'ils s'arrêtèrent, les jambes cassées par le rire. Ils se regardèrent dans la glace du charcutier, ils rirent plus fort.
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 569.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén., ceux du XIXe s. citant le plus souvent faire le pot à deux anses.
B.— Au fig.
1. Loc. proverbiale. Faire danser (ou sauter) l'anse du panier. [En parlant gén. d'un(e) domestique, d'une cuisinière, peut-être p. compar. du portage de panier avec une danse publique suivie d'une quête] Faire un bénéfice sur ce qu'on achète, soit en le faisant payer à son maître plus cher qu'on ne l'a payé au fournisseur, soit en réclamant de celui-ci une ristourne sur le prix payé :
5. Mlle Marie, qui avait probablement appris à compter chez son procureur, fit régler son petit carnet comme un mémoire de frais, en se ménageant sur les différens articles un petit boni de 7 livres 10 sous par semaine, qui ne laisse pas d'ajouter à ses gages de cent écus un supplément fort honnête. C'est ce qu'on appelle faire danser l'anse du panier; Mlle Marie paraît s'y entendre à merveille.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 79.
6. « On comprendrait, au besoin, que nos adversaires aient marchandé, quoique ceci sente furieusement une cuisinière qui va au marché et qui se débat tant qu'elle peut pour mieux faire sauter l'anse du panier. (...) »
CHAMPFLEURY, Les Bourgeois de Molinchart, 1855, p. 216.
7. « Ne te fâche pas non plus avec Eugénie. Cette fille est un peu hystérique, il faut la ménager. Veille soigneusement aux comptes de la cuisine. Je ne la crois pas voleuse, mais avec l'existence en partie double qu'elle a le tort de mener, il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'elle fît profiter un amant plus jeune qu'elle des petits bénéfices de l'anse du panier. On a vu des déchéances bien plus graves. (...) »
MIOMANDRE, Écrit sur de l'eau, 1908, p. 240.
De là : l'anse du panier. Gain (illicite) d'un(e) domestique sur ce qu'il (elle) achète pour ses maîtres.
2. Ce qui permet de saisir. Briser les anses. Briser ce qui permet de mettre la main sur, et p. ext. de dominer :
8. Car le motif, le mobile du crime, c'est l'anse par où saisir le criminel.
GIDE, Les Caves du Vatican, 1914, p. 818.
C.— P. anal. Ce qui a la forme recourbée d'une anse.
1. GÉOGR. ,,Courbure du rivage, ayant par sa figure quelque rapport avec l'anse d'un panier ou celle d'un vase et formant dans les terres un enfoncement dont l'ouverture n'est pas très large.`` (JAL 1848); petite baie :
9. Cherbourg se trouve au fond d'une anse semi-circulaire, dont les deux extrémités sont l'île Pelée à droite, et la pointe Querqueville à gauche. L'alignement qui joint ces deux points forme la corde ou le diamètre, et court de l'est à l'ouest.
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 882.
10. Une après-dînée que nous étions ainsi délicieusement bercés dans le bateau, au soleil, dans une anse calme et tiède, entre deux bras du mont du Chat, au bruit lointain d'une petite cascade qui forme comme un chant perpétuel sous les grottes où elle filtre avant de se perdre dans l'abîme des eaux, nos bateliers voulurent descendre à terre pour relever des filets qu'ils avaient placés la veille.
LAMARTINE, Raphaël, 1849, p. 207.
SYNT. Anse abritée des flots, — tranquille, — ombragée.
2. Autres domaines techn.
a) ANAT. Portion d'organe en forme d'arc. Anse intestinale :
11. Enfin, les deux autres bords de l'os jugal sont séparés par une apophyse, appelée zygomatique, qui s'attache à une autre que l'os temporal envoie en avant, et forme avec elle une espèce d'anse de chaque côté de la tête, appelée zygoma, arcade zygomatique ou jugale.
CUVIER, Leçons d'anat. compar., t. 2, 1805, p. 60.
12. L'estomac forme en général une anse située dans la moitié gauche du corps...
E. PERRIER, Traité de zool., t. 4, 1893, p. 3036.
13. De plus, un des filets inférieurs [du nerf laryngé] interne s'anastomose constamment avec un filet ascendant du nerf récurrent pour former l'anse anastomotique de Galien.
G. GÉRARD, Manuel d'anat. hum., 1912, p. 473.
b) ASTRON. Anses ou anneaux de Saturne :
14. Quand la planète Saturne a son équateur plus ou moins élevé que notre rayon visuel, nous voyons alors son anneau obliquement, et nous apercevons ses deux anses brillantes, dont l'intérieur est obscur; quand au contraire l'anneau est dans la direction de notre rayon visuel, il disparaît entièrement pour nous à cause de son peu de largeur.
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Harmonies de la nature, 1814, p. 358.
c) BOT. Anse d'anastomose. ,,Excroissance latérale portée par les filaments qui constituent le mycélium secondaire de certains champignons.`` (Lar. 20e) :
15. Les cloisons du mycélium secondaire portent latéralement une anse réunissant les deux cellules voisines.
L. PLANTEFOL, Cours de bot. et de biol. végétale, t. 2, 1931, p. 152.
d) MATH. ,,Courbe surbaissée dont la hauteur est moindre que son demi-diamètre horizontal.`` (NOËL 1968). Anse de panier. ,,Courbe surbaissée formée d'un nombre impair d'arcs de cercles de rayons différents.`` (NOËL 1968) :
16. L'anse de panier est plus couramment employée que l'ellipse parce qu'elle peut être tracée au compas, tandis que l'ellipse ne peut être tracée que point par point à la main, ou à l'aide d'un ellipsographe.
Lar. encyclop., 1960.
P. ext., ARCHIT. Anse de panier. ,,Courbe se rapprochant de l'ellipse et formée de trois portions de cercle, employée pour certains couronnements de baies, de voûtes, etc.`` (J. ADELINE, Lex. des termes d'art, 1884).
e) SERR. ,,Partie demi-circulaire d'un cadenas, que l'on fait passer dans le trou d'un piton ou crampon, et dont le bout rentre ensuite dans le cadenas.`` (CHABAT 1881) :
17. [Le] moraillon est une fermeture en fer plat formé d'un trou laissant passer l'œil du piton qui reçoit l'anse d'un cadenas.
E. ROBINOT, Vérification, métré et pratique des travaux du bât., t. 3, 1928, p. 76.
PRONONC. — 1. Forme phon. :[]. Enq. ://. 2. Homon. : hanse.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1220 « partie en forme d'arc destinée à saisir un objet » (G. DE COINCY, Mir. Vierge, éd. Poquet, 663, 634 ds T.-L. : un mauvez panier sanz anse); 2. p. anal. a) 1484 mar. et géogr. ance « petite baie » (PIERRE GARCIE, Le grant routier et pilotage ds JAL1); b) 1567 archit. anse de panier (Ph. DE L'ORME, Archit., p. 61 ds IGLF); c) 1622 fig. ance du panier « gain d'une cuisinière sur les denrées qu'elle achète » (Caq. de l'accouch., VIII ds GDF. Compl. : Quand a mesdames les servantes, elles n'auront plus la peine de se confesser du revenu de l'ance du panier); d) 1751 astron. (Encyclop.).
Empr. au lat. ansa « anse, poignée » (CATON, Agr., 113 ds TLL s.v., 122, 84); empl. comme terme d'archit., cf. VITRUVE, 2, 8, 4, ibid., 123, 36.
STAT. — Fréq. abs. littér. :383. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 971, b) 611; XXe s. : a) 318, b) 280.
BBG. — AUBERT DE LA RÜE (E.). Le Fr. parlé aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon. Vie Lang. 1969, n° 208, p. 407. — BACH.-DEZ. 1882. — BARB.-CAD. 1963. — BAUDR. Pêches 1827. — BAULIG 1956. — Biol. t. 1 1970. — Canada 1930. — CHABAT 1881. — CHESN. 1857. — DAINV. 1964. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 9. — DELC. t. 1 1926. — ESN. 1966. — ESN. Poilu 1919. — Forest. 1946. — FÉR. 1768. — FRANCE 1907. — GARDETTE (P.). À l'orig. du prov. et du fr.-prov. R. Ling. rom. 1962, t. 26, p. 74. — GEORGE 1970. — GOTTSCH. Redens. 1930. — GRUSS 1952. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 94. — GOUG. Mots t. 2 1966, pp. 88-89. — GUIRAUD (P.). Le Jargon de la Coquille. Cah. Lexicol. 1967, t. 11, n° 2 p. 46. — JAL 1848. — JOSSIER 1881. — LACR. 1963. — LARCH. 1880. — LA RUE 1954. — LE CLÈRE 1960. — LE ROUX 1752. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Méd. Biol. t. 1 1970. — MICHEL 1856. — NOËL 1968. — NYSTEN 1824. — SANDRY-CARR. 1963. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.

anse [ɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1220; du lat. ansa « poignée ».
1 Partie recourbée et saillante formant un arc ou un anneau, permettant de saisir, de porter (certains ustensiles). Anneau, poignée. || L'anse d'un vase, d'un broc, d'une bouilloire, d'une cruche, d'un panier, d'un pot, d'une tasse. || Anse mobile d'un chaudron. || Prendre un seau par l'anse, par la poignée de l'anse. || Suspendre un récipient par son anse. || Les deux anses de l'amphore.Techn. || Anses aveugles, non évidées.Anse métallique d'un coffre, d'une malle. Portant.
1 Car toute cruche, comme dit le sage, a deux anses et de même tout événement a deux aspects (…)
Alain, Propos sur le bonheur, p. 13 (→ Accablant, cit. 4).
2 (…) la saucière dont l'anse recourbée rappelait les lampes antiques (…)
Martin du Gard, les Thibault, VII, 16.
Par anal. || Anse d'une bombe : anneau placé de chaque côté de l'œil d'une bombe. || Anse de corde. Lacet, ansette.
Loc. (1622). Fig. L'anse du panier.Faire danser (vx, faire sauter) l'anse du panier, se dit d'un employé de maison qui majore le prix des achats faits pour ses patrons. || L'anse du panier : les sommes ainsi gagnées.
3 (Certaines servantes) qui, pour soutenir l'éclat de leurs atours,
Sur l'anse du panier faisaient d'habiles tours.
La Maltôte des cuisinières, in Littré, art. Panier.
3.1 La tenue des livres de la cuisine avec les quatre bourses de la cuisinière : la bourse des bas de soie ou des profits sur la graisse, la bourse du sou pour livre, la bourse de la gratte ou des profits de la halle, et la bourse de l'anse du panier.
Ed. et J. de Goncourt, Sœur Philomène, p. 68.
Loc. Faire le pot à deux anses : mettre les poings sur les hanches, et, aussi, donner le bras à deux personnes (Zola, l'Assommoir, p. 569, in T. L. F.).
Par métaphore. Les bras (→ Amphore, cit. 2).
4 Elle baissa vite, avec embarras, son bras nu, belle anse rougeâtre.
Colette, la Naissance du jour, p. 120.
4.1 Jésus, Marie, si j'ai menti, qu'on me coupe la tête et qu'on me coupe l'anse.
M. Aymé, la Vouivre, p. 60.
2 Forme d'arc. || Objet en anse, en forme d'anse. Arc, arceau, cintre. || Former une anse.L'anse d'un cadenas, la partie mobile en arceau.
(1561). Archit. || Anse (de panier) : arc dont la courbe surbaissée a la forme d'une demi-ellipse. Voûte.
Math. || Anse : courbe formée d'un nombre impair d'arcs de cercle.
(1751). Astron. Vx. || Anses de Saturne. Anneau.
3 (1484). Petite baie peu profonde.
5 (…) quelque anse retirée du fleuve.
Chateaubriand, Atala, Prologue.
6 Nous abordâmes à une des petites anses de l'île pour puiser de l'eau à une source voisine et pour nous reposer sous les rochers.
Lamartine, Graziella, II, 5.
4 (1805, Cuvier). Anat. Portion d'organe en forme d'arc. || Anse intestinale. || Anse de l'hypoglosse. || Anse digestive d'un bryozoaire.
DÉR. et COMP. Ansé, anser, ansette, ansière. Guide-anse.
HOM. Hanse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ansé — anse [ ɑ̃s ] n. f. • XIIIe; lat. ansa « poignée » 1 ♦ Partie recourbée et saillante de certains ustensiles, permettant de les saisir, de les porter. ⇒ anneau, poignée. Anse d une cruche, d un panier, d une tasse. Les deux anses de l amphore. Loc …   Encyclopédie Universelle

  • Anse — Anse …   Wikipedia

  • Anse — (franz.: kleine Bucht) bezeichnet folgende geographische Objekte: L’Anse, Ort im Baraga County, Michigan, USA Anse (Rhône), französische Gemeinde im Département Rhône Anse aux Anglais, Ort auf der zu Mauritius gehörenden Insel Rodrigues L’Anse… …   Deutsch Wikipedia

  • Anse — Saltar a navegación, búsqueda Anse País …   Wikipedia Español

  • anse — ANSE. s. f. La partie de certains vases, de certains ustensiles, par laquelle on les prend pour s en servir, et qui est ordinairement courbée en arc. L anse d un seau, d un pot, d un chaudron, d une marmite. Pot à deux anses. Prendre un pot par l …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • anse — ANSE. s. f. Partie de certains vases, de certains ustenciles, par laquelle on les prend pour s en servir, & qui est courbée en arc, L anse d un seau, d un pot, d un chaudron, d une marmite. pot à deux anses. prendre un pot par l anse. On dit prov …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ansé — ansé, ée (an sé, sée) adj. Qui porte une anse, qui a la forme d une anse. Croix ansée, croix suspendue à une anse ; symbole usité chez les Égyptiens …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ansé — Ansé, m. acut. Qui a des anses, Ansatus, Un pot ansé des deux costez, Cantarus vtrinque ansatus. Ansée, f. penac. Ansata …   Thresor de la langue françoyse

  • Anse du Mé — Anse de Mai is a fishing village in the northeast of Dominica, located between the towns of Calibishie and Portsmouth …   Wikipedia

  • Anse — (spr. āngß ), Städtchen im franz. Depart. Rhone, Arrond. Villefranche, an der Lyoner Bahn, unfern der Saône, mit (1901) 1372 Einw.; im Mittelalter Versammlungsort mehrerer Konzile (so 1025 und 1100) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.